Le matériel en question

Le matériel ne compte pas, l’important c’est le photographe…

Oui, mais pas tout à fait. Il est clair que le photographe est seul maitre à bord. Il choisit l’heure, la lumière, le cadrage, la composition, les réglages et la technique. Le matériel n’est pas une fin en soi, mais un outil qui lui permet d’exprimer son art. Cela dit, lorsque les progrès commencent à venir, un matériel trop modeste limite la possibilité de réaliser certains types de photos. C’est comme si un peintre n’utilisait que deux couleurs.

Inversement, un matériel trop complexe peut dérouter voire décourager le débutant, s’il n’est pas capable de s’en servir, s’il n’a pas acquis les fondamentaux de la photo, et bien sûr, des connaissances naturalistes conséquentes pour la photo animalière. 

Un matériel coûteux vous donnera un meilleur fichier image, mais ne fera pas de vous un meilleur photographe.

Ne perdez pas de vue qu’un boitier, c’est du consommable, il devient obsolète en quelques années, alors que vous garderez vos objectifs à vie ou beaucoup plus longtemps en tout cas. Mieux vaut investir dans de bons objectifs et un boitier d’entrée de gamme pour commencer, si vous optez pour un réflex. Le temps d’acquérir les bases et de l’expérience, il sera encore temps de mettre à jour à ce moment là. D’autant que les boitiers d’entrée de gamme d’aujourd’hui sont excellents. Nous sommes très loin des boitiers à 4 millions de pixels des débuts du numérique.

Surveillez aussi les hybrides qui offrent plus de légèreté, surtout en paysage, photo rando, et sont en pleine évolution.

Faites-vous plaisir, sortez, sortez beaucoup, remettez-vous en question en permanence et mettez de côté le  » ah si javais un meilleur matériel » pour le  » c’est ma faute », « la prochaine fois j’observerai mieux », « je me lèverai plus tôt », » je travaillerai mon approche au lieu d’acheter un téléobjectif plus lourd, plus gros et plus cher  » et surtout, profitez de la nature ! 😉